La nécessité d’aimer Dieu

Bien aimés, je vous salue. Mon billet de ce jour va porter sur la nécessité d’aimer notre Créateur et Père.

Bien souvent nous autres chrétiens utilisons le passage. « Toutes choses contribuent au bien de ceux qui aiment Dieu. » Romains 8, 28. Mais mesurons vraiment le sens de cette phrase ? Comprenons-nous vraiment le sens profond de cette phrase ?

J’aimerais attirer notre attention sur une chose. Combien d’entre nous sommes capables de dire « Seigneur je t’aime » ? Et quand nous le disons, ressentons-nous la même chose que lorsque nous disons à nos parents biologiques « je t’aime » ? Certains constateront qu’ils n’arrivent pas à le dire et ceux qui le disent remarqueront qu’ils ne ressentent pas ce sentiment profond qu’est l’amour pour un parent qu’on aime et qui a tout donné pour nous. Et pourtant Dieu est plus que nos parents biologiques. Il est infiniment plus Puissant, plus Miséricordieux et plus présent que nos parents biologiques. Malheureusement nous ne le voyons pas ou plutôt nous ne le voyons pas sous la forme que nous nous l’imaginons. Notre image de Dieu fait que souvent nous passons à côté d’occasions de remarquer son amour ou de lui exprimer le nôtre.

La parole dit que nous sommes faits à l’image de Dieu. « Nous » et non pas un seul d’entre-nous. Et la même parole déclare en 1 Cor 12, 27

« Or, vous êtes le corps du Christ, et chacun de vous est une partie de ce corps. ».

Chacun de nous a une partie du Créateur en lui. Alors si vous vous dites que vous ne voyez pas Dieu alors vous ne pouvez pas l’aimer, sachez que Dieu est présent en chacun de nous par son Saint Esprit. C’est pour cela que le Christ nous dit que le commandement le plus important est d’aimer Dieu de tout notre être et que le commandement qui le suit juste après est d’aimer son prochain comme soi-même.  

 

En Deutéronome 6,4-6, Moïse rappelle au peuple d’Israël la nécessité d’aimer le Seigneur leur Dieu. Lorsque le peuple d’israël sortit d’Égypte, le Seigneur leur donna la loi. La loi leur servait à quoi ? la loi leur permettait de savoir quand ils étaient en tort vis-à-vis de leur Dieu. Elle leur permettait d’identifier leur péchés et de  se garder de pécher. Le livre de la loi tout entier, donne au peuple de Dieu les commandements, les règles de vie suivi des bénédictions et des malédictions qui les accompagnent. Ce livre servait à créer chez les juifs la crainte de l’Eternel. Dans les versets 4 à 25 du chapitre 6 du livre de Deutéronome Moïse nous explique mieux la nécessité de garder la loi précieusement près de son cœur et de ne jamais l’oublier. Le respect de la loi leur garantissait une conduite conforme à la volonté de Dieu et une vie heureuse sur terre. On constate que durant leur histoire, ils n’ont jamais obéi à cette loi. Par la suite ils en subissaient les conséquences. Ils se détournaient fréquemment de la volonté de Dieu et par crainte de la Puissance écrasante de Dieu ils revenaient à lui. Ils essayaient d’observer la loi par crainte du châtiment. Les œuvres du Très Haut leur inspiraient de la crainte, et cette crainte les poussaient à marcher droit. Le Seigneur devait sans cesse leur rappeler qu’Il est le Tout puissant et devait accomplir des prodiges au milieu d’eux pour qu’ils garde à l’esprit que Dieu est redoutable et que rien n’est caché devant sa face. Mais est-ce là ce que signifie l’amour pour Dieu ? Est-ce là ce que Dieu attends de nous ?

Quand on aime un être, on cherche à le rendre heureux, on évite de la contrister, on lui pardonne presque tout, on lui fait spontanément plaisir… on a pas peur de celui qu’on aime. Jamais. On s’en approche avec joie et on veut tout partager avec lui.  

Dans 1 Jean 4, 18 il est écrit

« il n’y a pas de crainte dans l’amour ; l’amour parfait exclut la crainte. La crainte est liée à la peur d’un châtiment et, ainsi, celui qui craint ne connaît pas l’amour dans sa perfection. ».

Chers frères et sœurs, aimons-nous réellement Notre Père ? Car oui il est Notre Père, Christ l’a dit. Si Lui qui est Notre Père nous aime au point de nous tout nous pardonner si nous nous repentons, ne mérite-t-il pas notre amour ? Est-ce- que nous pensons à Dieu uniquement comme une épée de Damoclès qui plane sur nos têtes, un châtiment, un juge qui est capable de nous envoyer rôtir en enfer ? Ou nous nous approchons de Lui avec un cœur d’enfant afin de mieux le connaître ? Est-ce-que nous prenons plaisir à éviter ce qu’il n’aime pas ou nous le faisons par peur d’être châtié ? Celui qui aime Notre Père se garde de tout ce qu’il n’aime pas, l’adore en esprit et en vérité, il prend plaisir à rester en sa présence, il recherche sa face en toute circonstance, il est heureux parce que son père est Puissant et veille sur lui constamment, même s’il ne le voit pas. Celui qui aime Dieu ne regarde pas à la récompense du paradis pour agir mais à ne pas contrister le cœur de Dieu. Car oui, certains agissent bien juste pour gagner le paradis. Sans même se rendre compte qu’il s n’aiment pas Dieu mais les promesses qu’Il a faites. Alors posons nous la question de savoir si nous aimons vraiment Dieu Notre Père. Lui rendons nous toute l’adoration et l’acclamation qui lui est dû ?

Car c’est seulement à cette condition que Toutes chose concourra à notre bien. Certes les promesses du Père sont certaines, nous serons béni à travers nos œuvres et notre croyance. Mais vous serez comblés et inébranlable si vous aimez véritablement le Seigneur Notre Dieu.

Bien aimés, le Seigneur se laisse trouver par qui le cherche de tout son cœur. Puisse le Seigneur répandre en nous son amour afin que nous puissions l’aimer davantage afin d’être plus uni à Lui par son Esprit Saint.

Soyez béni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *